Wikipédia : encyclopédie ou outil de communication et d’image ?

1-. Rue89 a publié ce 7 avril un article au titre accrocheur

L’industrie pharmaceutique manipule Wikipédia

Extraits : « Naguère, un patient désireux de s’informer sur tel ou tel médicament allait consulter son pharmacien. De nos jours, son premier geste est de le googler sur Wikipédia. Cela n’a pas échappé aux départements marketing de l’industrie pharmaceutique. »

« Wikipédia offre ainsi la possibilité d’une publicité invisible, déguisée en information objective -le rêve de tout publicitaire ! Manhattan Research donne à cet égard une série de conseils aux marketeurs pharma européens pour établir leur stratégie Wikipédia » :

  • S’assurer que les marques et les produits soient représentés de façon uniforme dans toutes les entrées Wikipédia en Europe.
  • Vérifier que les traitements indiqués dans les « entrées maladies » de Wikipédia soient « corrects » (autrement dit, ne soient pas ceux proposés par les compagnies concurrentes).
  • « Les compagnies, lorsqu’elles surveillent et éditent des entrées Wikipédia, devraient se contenter d’assurer que celles-ci soient exactes et complètes. L’élimination sélective de contenu factuel, même si celui-ci est négatif, est susceptible de provoquer la réprobation des consommateurs et des médias. » (Autrement dit, soyez prudents.)
  • « N’oubliez pas que Wikipédia est constamment mis à jour. Mettre en place un processus de surveillance permanente de Wikipédia et distribuer les tâches à cet effet peut aider à ce que les efforts soient constants ». »

Exemples de pratiques reprises dans l’article, à propos du médicament le Seroquel :

« Version originale :

« En dépit d’une recommandation générale du National Institute of Health à l’encontre de [l']usage [de la quétiapine] chez les enfants et les personnes en-dessous de 18 ans, ainsi que d’un risque connu que les adolescents prenant ce médicament “soient plus susceptibles de penser à se blesser ou à se suicider, ou d’avoir l’intention ou d’essayer de le faire”, le Seroquel est démarché de façon controversée auprès des parents d’adolescents sujets à des sautes d’humeur et irritables, dans des magazines comme Parade et TV Guide. »

Version modifiée :

« Le Seroquel est démarché de façon controversée auprès des parents d’adolescents sujets à des sautes d’humeur et irritables dans des magazines comme Parade et TV Guide. »

(Les parents ne sont pas censés savoir que leurs enfants
risquent de se suicider dans la semaine suivant la prise de quétiapine…)

Version originale :

Certains patients utilisant la quétiapine peuvent avoir un problème de prise de poids causé par la persistance de l’appétit même après les repas.

Version modifiée :

Certains patients utilisant la quétiapine peuvent avoir un problème de prise de poids causé par la persistance de l’appétit même après les repas. Toutefois, des essais cliniques déterminants ont montré que cet effet était (en moyenne) égal à 1,9kg.

Inutile de s’appesantir sur les patients devenus obèses qui échappent à la moyenne… »

2-. Pas seulement l’industrie pharmaceutique

Des entreprises tentent de faire de Wikipédia un outil promotionnel

« Le 17 novembre 2005, un utilisateur anonyme a supprimé 15 paragraphes de l’entrée sur le fournisseur de système de votation électronique Diebold.

il s’est avéré qu’un employé de Diebold était responsable de l’acte de vandalisme. Les paragraphes supprimés traitaient des craintes de l’industrie face à l’intégrité de ses machines à voter et des collectes de fonds pour la campagne électorale du président Bush par le PDG de Diebold.« 

Premier danger de Wikipédia : Outil d’undercover marketing

Ces exemples montrent qu’il faut être très prudent avec le contenu de Wikipédia. Les marques ont compris quel avantages elles pourraient tirer de la crédulité des internautes qui ne prennent pas le recul suffisant par rapport à ce qui est publié sur le site encyclopédique.

Des erreurs intentionnelles ou non peuvent subsister

Wikipédia, libre mais peu fiable

« C’est en voyant ses étudiants faire des copier-coller des articles sur Wikipédia, sans prendre la peine de les vérifier, que Pierre Assouline, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris et ancien rédacteur en chef de Lire, a eu envie d’évaluer la véracité des informations sur l’encyclopédie libre.

Les cinq étudiants chargés de l’enquête ont donc voulu tester l’efficacité de ces modérateurs, et pour cela, ils ont introduit des « coquilles » dans plusieurs articles. Pour voir ensuite combien de temps elles allaient survivre.

Exemple :

ils ont modifié la notice de Tony Blair, rajoutant qu’il était de confession catholique (et non anglicane comme c’est toujours le cas). »

Validité de la source..

Peut-on reprendre tout ce qui est publié sur le net ? Évidemment la réponse est négative. Que faire alors ?

Entreprendre une critique des sources :

Elle se scinde en deux parties,

la critique externe :

1. L’identité

  • identité : il convient de se poser trois questions. Le nom du rédacteur, la date et le lieu.  Ex: l’importance de la date. Vous pouvez trouver un texte qui était valide lors de sa publication mais devenu obsolète vu l’état de l’avancement des connaissances dans le domaine.
  • authenticité : La source est-elle bien ce qu’elle prétend être. Je pourrais très bien réalisé un blog en me disant prof de sciences alors que ce n’est absolument pas le cas !!
  • personnalité : après avoir réalisé les recherches sur l’auteur et être assuré de son identité, il est utile de savoir qui il est, quelles sont ses idées. Si vous lisez un document sur l’épuisement des ressources en hydrocarbures. Il est primordial de savoir si le rédacteur est un homme politique d’un parti écologiste ou un dirigeant d’une entreprise pétrolifère.
  • provenance : enquête à réaliser un un des trois éléments de l’identité manque. Ex : article non-signé.

2. La restitution

  • l’information est-elle dans son état original ou a-t-elle été modifiée. Les retranscriptions peuvent générer des erreurs, de même que les traductions !! Quand on lit un article de journal, il peut être utile de remonter à la dépêche d’agence.

3. L’originalité

  • Etablir un lien entre informateur et information. Ex : Est-ce un témoignage rapporté ou direct ?

la critique interne.

1. Interprétation

  • suite à la critique externe, il convient maintenant de s’assurer que le sens du texte est compris. Cela peut paraître ridicule mais pensez aux textes rédigés dans une autre langue ou aux domaines pour lesquels les lecteurs n’ont pas forcément une expertise suffisante pour comprendre le contenu.

2. Autorité

  • il convient de distinguer la réalité du contenu et les éléments qui ont pu être déformés par l’auteur. Cette critique constitue un doute systématique envers la source.
  • observation : quelles étaient les conditions d’observation et les sens utilisés !!
  • exactitude : des erreurs involontaires peuvent apparaître. Pour les déceler, il convient de confronter des témoignages opposés.
  • sincérité : dépister les erreurs volontaires

3. Confrontation

  • effectuer un recoupage, mettre en rapport des témoins indépendants.

source : Philippe Scieur; Epistémologie et Didactique, notes de cours 2005-2006; p 20 et ss

Concernant l’aspect encyclopédique, Wikipédia peut être d’un grande utilité pour trouver de l’information MAIS il faut être conscient des limites de l’outil et remonter systématique vers les sources stipulées dans les articles.

Concernant l’image et la réputation en ligne, Wikipédia est un outil incontournable. Ses avantages sont nombreux, citons parmi ceux-ci :

  • l’excellent référencement du site
  • la possibilité de travailler la réputation que ce soit en personnal branding ou pour les entreprises ou encore pour les hommes et femmes politiques
  • les liens dans les articles qui pointent vers vos outils et en améliorent la visibilité et le référencement.

La page des hautes écoles de Bruxelles-Capitales sur Wikipédia

10 réflexions au sujet de « Wikipédia : encyclopédie ou outil de communication et d’image ? »

  1. Si votre article est intéressant, je ne peux m’empêcher de franchement sourire à la mention de Pierre Assouline et de son équipe d’étudiants, et de l’ »étude » qu’ils ont produit sur Wikipédia. Étude qui, plus par la méthode et le but, que par les résultats (les bénévoles de Wikipédia sont de plus en plus sourcilleux sur la fiabilité des informations, et n’ont pas attendu P. Assouline pour ça) est … peu fiable. Je vous conseille d’ailleurs ceci http://fr.wikinews.org/wiki/Quand_des_%C3%A9tudiants_de_Science_Po_vandalisent_Wikip%C3%A9dia%E2%80%A6 qui résume assez bien l’histoire (même si c’est un peu partisan).

    Mais quoi qu’il en soit, il est évident que votre phrase de conclusion :
    « Concernant l’aspect encyclopédique, Wikipédia peut être d’un grande utilité pour trouver de l’information MAIS il faut être conscient des limites de l’outil et remonter systématique vers les sources stipulées dans les articles. » est une évidence, y compris chez les wikipédiens, et est généralisable aussi à d’autres encyclopédies et ce quel que puisse être le support.

  2. Merci pour votre commentaire constructif Pierrot.
    Je ne fais qu’une brève allusion à cet épisode Assouline qui est assimilable, je suis d’accord, à du sabotage.

    Mon but était de simplement montrer que des erreurs peuvent exister. Les étudiants ont trop tendance à considérer Wikipédia comme LA référence.

    Je trouve que ce site rend bien des services mais qu’ils devraient être prudent.

    Quant à la remontée des sources, je pense qu’il existe, malgré les qualités de wikipédia, des ressources plus fiables.

    Amitiés
    Regis

  3. [...] La critique de la source est donc un aspect essentiel. Je vous remets l‚extrait d’un billet posfé le 20 avril parce que cela me paraît essentiel ayant été confronté à une étudiante qui [...];

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>